Partagez | 
 

 Between the roses - Luciel Lloyld [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Messages : 1
Date d'inscription : 13/01/2017



MessageSujet: Between the roses - Luciel Lloyld [terminé]   Ven 13 Jan - 12:37

Luciel Lloyld



Nom:  Lloyld
Prénom: Luciel
Age:
Sexe: Masculin
Race: Démon

Date de naissance: 6 juin
Groupe: Membre de guilde
Guilde : Lost dream

Liens familiaux, amicaux et autres: Il ne fait pas dans le tendre ce chaton...

Taille: 1 m 92
Poids: 76 kilos
Corpulence: Bien musclés sans être un «body builder» pour autant
Couleur des cheveux: Blanc
Couleur des yeux: bleus tournant parfois au gris
Signes distinctifs: son cache-oeil

Arme: Un arc qu'il ne transporte pas partout, mais lors de quelques occasions. Par contre, il a un petit couteau toujours sur lui,car on ne peut jamais être trop prudent.
Type de pouvoir: manipulation
Description du pouvoir: Le marionnettisme est une forme de magie qui lui permet d'attacher le corps d'une personne à l'aide de fils magique et d'ainsi manipuler ce dernier comme bon lui semble. Ceci dit, cela ne fonctionne qu'au moment où il touche tout les points essentiels en premier lieu sur son adversaire en premier (la plupart des articulations du corps de l'adversaire), sans compter qu'il ne peut l'utiliser qu'une ou deux fois dans la journée.  
Contrecoup: Elle utilise beaucoup d'énergie vitale et cette magie est difficile à contrôlé, sans compter de la préparation dangereuse qu'elle requière. Luciel ne peut l'utiliser qu'une heure par jour et doit se reposer la journée d'après. Si ces limites sont dépassés, des maux de têtes, de la fatigue, des maux de cœur, des vomissements peuvent se faire ressentir.  Un heure est un temps approximatif qui est plus rapporter à un être qui ne se défend pas. Quelques minutes tout au plus peuvent être le maximum pour quelqu'un qui s'y oppose fermement, voir quelques secondes pour des têtes brûlées. La volonté de l'autre personne peut briser les chaînes magiques plus ou moins facilement, particulièrement lorsqu'elle confronte une tentative de meurtre envers elle-même ou une autre personne proche.

Un alignement: Neutral Evil
Trois qualités: Loyal, logique, intelligent.
Trois défauts: Manipulateur, égoïste, mesquin.
Choses appréciées: Les chats, le sucré, les hommes, le feu, les créatures monstrueuses.
Choses détestées: Les chiens, l'amertume, le poulet, l'eau, l'amour
Comportement avec les autres personnes: Il est particulièrement silencieux et froid. Il semble juger ce que tout le monde fait tout en buvant un bon verre de jus d'orange ou de fraise. Un sourire ne se fait que voir lorsqu'il aperçoit un ami de longue date ou une personne avec qui il aurait envie d'amener chez lui. On pourrait aussi le voir durant une mission, discuter avec le monstre  qui terrorise le village avant de le tuer ou non.

Description du personnage

[
Pourquoi es-tu là? Que veux-tu? Personne ne te veut ici, il ne veut pas te voir... Oh, tu lui as apporté un chat? Peut-être qu'il parlera alors... Ah non, donne lui et je te raconterai, car tu n'auras que deux phrases sur son histoire alors que moi, je vais te donner précisément ce que tu désires pour assouvir ta curiosité. Assied-toi, oui, prends ce thé... Dors, c'est ça. Naïf, tu ne devrais pas boire les verres que les étrangers t'offre, même si tu leur donne quelque chose en retour. Les gens aiment prendre, mais donner, ça, pas particulièrement.



Chapitre un

Tu le vois, ce petit bébé encore en sang, les os de ses ailes légèrement tordues, les pleures de cet enfants qui cherchait aveuglément le réconfort de ses parents... qui ne vint jamais en fait. La ruelle était sombre et froide, personne ne semblait habiter dans les environs outre les voleurs, les gang de rues et la mafia qui affectionnait particulièrement cet endroit pour cacher leur corps. La femme, épuisée, regardait ce monstre avec dégoût, cette dernière ayant renier ses propres origines démoniaque et ne voyait que son agresseur en ce petit bout de vie. Elle devait le tuer avant qu'elle n'ait des sentiments envers lui, elle devait mettre fin à sa vie avant qu'il ne puisse devenir le monstre que son père souhaitait le faire devenir. Pourtant, elle n'eut pas le temps, alors que son couteau se positionnait, sa tête, elle, roulait désormais par terre, terminant sa course près d'une poubelle, là où elle méritait d'aller selon quelques personnes. Cet enfant, n'ayant toujours pas encore ouvert les yeux, pleurait encore plus, ne comprenant pas ce qui se passait.

- Faites-là disparaître. De toute manière, personne ne la cherchera. Je vais m'occuper de mon fils... Luciel... Oui, c'est un joli nom, plutôt ironique aussi.

Ainsi, un grand homme aux cheveux aussi noir que la nuit, aux yeux d'une couleur sang et au sourire aussi rassurant qu'un tueur en série, ramenait cette petite créature chez lui, là où plusieurs personne l'attendait, en particulier les membres d'une organisation terriblement dangereuse qui cherchait justement un pion aveuglé pour les aider. Seul le temps manquait à ce dernier pour qu'il ne devienne parfait.

Suis-les. Ils ne te voient pas, ne t'inquiète pas, tout est dans ta tête.




Chapitre deux

Luciel a avait cinq ans lorsqu'il appris à utilisé un arc. Le combat à distance était terriblement important pour pouvoir gagner une partie, car il est moins prévisible qu'un homme qui se pointe droit devant l'ennemi. Ses cheveux consumés par le stress ou n'ayant tout simplement pas de pigmentation, devenait long rapidement. Il les aimait, mais son père Noctis, lui, n'en voulait pas. Il les coupa donc très court pour éviter qu'il se les fasse agripper lors d'un combat. Il le gifla même pour cela, lui disant de réfléchir un peu avant de faire des requête inutile lorsque le jeune aux yeux azure avec légèrement insister pour les garder. Noctis refusait quasiment tout à son fils, outre de sortir dehors par moment pour s'entraîner. On lui appris à s'entraîner, à grimper sur certaines surfaces, à voler grâce à ses ailes noirs; cadeau de son père qui avait les mêmes, à tirer à l'aide de son arc et à ne montrer et ressentir aucune émotion outre la satisfaction d'avoir obéit à son père. On le dressait comme un chien et on le faisait ressentir comme un être clairement inférieur, les autres hommes se moquaient souvent de lui, mais ça, ça ne dura pas longtemps.

À l'âge de huit ans,  il apprenait sur le combat de près avec ceux que son père considérait comme les meilleurs et après trois ans d'entraînement de plus, il réussit à en mettre un à terre. deux ans plus tard, il arrivait à peine à ne pas les tuer en même temps. Il passait sa vie ainsi, comme s'il était dans une armée depuis la naissance, ce qui en était presque le cas. Noctis n'avait jamais témoigné aucun signe d'affection envers son fils qui n'était qu'obnubilé par son consentement, par sa fierté, par sa peur de le décevoir... Tellement prévisible ces enfants. Noctis c'était occuper lui-même de lui montrer comment endurer les tortures. Il lui avait brûlé un peu le dos, lui avait arraché des plumes, cassé des os, plongé sa tête dans l'eau tout en faisant exprès qu'il reste éveiller, relevant sa tête pour qu'il aille un peu de souffle pour le noyer de nouveau ensuite et lui avait martyrisé un peu les parties sensibles aussi, sans compter de l'avoir privé de nourriture et d'eau durant des jours, dans une pièce sombre, là où la lumière de passait pas. Il n'était qu'un petit bout de chair à manger par la suite. Cela lui pris des mois à s'en remettre, des mois où il appris enfin à lire et écrire. Il n'était pas doué du tout dans ce domaine, alors on le frappait à chaque erreurs et chaque fois qu'il prenait trop de temps.

Il devait être parfait, car il allait être la reine de cette partie d'échec, une reine puissante et aveuglée par ''l'amour'' du roi qui n'en n'avait que faire d'elle.

Oh t'a envie de partir d'ici? C'est trop perturbant pour ton petit cœur sensible? Il ne fallait seulement pas que tu me demande de te raconter sa vie. Le plus intéressant s'en vient hein de toute manière. Suis-le.




Chapitre trois

Ignis infernum, la guilde noire du village reconnu pour ses massacres répétitifs, pour leur contrats très douteux qui avait autrefois attiré l'attention du gouvernement. Ils se faisaient discrets désormais, ne laissant pas des invités surprises entrer si facilement et prenant des contrats plutôt loin pour éviter d'avoir trop de problèmes. Luciel avait son premier contrat à l'age de 13 ans qui n'était pas le plus facile. Il devait pourtant prouver à son père et à sa famille qu'il avait ce qu'il fallait pour rester dans cette guilde, près de la seule famille qu'il avait jamais connu. Il devait assassiner un homme important sans se faire prendre sans que personne ne voit son visage outre les morts. Ainsi, il s'avançait vers la demeure, se plaça avec son arc et attendait qu'il ne se pointe. Malheureusement la nervosité le fit manquer sa cible et la vitre se fracassant alerta tout le monde. Il se couvrit de son capuchon et blessa le plus de personne possible tout en détruisant le plus de fenêtre pour donner un élément de surprise. Le pré-pubère laissa son arc de côté pour poursuivre sa cible, tuant quelques individu au passage.

«N'oublie rien, c'est là le plus important de ta mission.»

Les paroles de son père résonnaient dans sa tête alors qu'il courrait vers sa cible, fouillant les pièces et tuant quelques malheureux qui avait vu son visage. Il retrouva sa victime quelques minutes plus tard et l'élimina de sang froid avant de repartir avec son arc et ses flèches. Il revint, fier de lui-même, donnant l'argent à son père, heureux alors que celui-ci compta ses flèches et lui demanda combien de personne il avait tué.

- Six, père, dit-il en baissant la tête.

- La prochaine fois, ce ne sera qu'une, celle qui sera marqué sur le papier.

- Toutes mes excuses père.

- Tu auras cinq coups de ceintures ce soirs pour les vie inutile que tu as enlevé.

- Bien, père...

Cinq coups plus tard, il put être récompensé par un plat qu'il devait manger au sol, n'ayant pas droit à la table du à ses meurtres inutiles. Alors que les individus se moquaient un peu de sa situation, le chef décida d'attaquer verbalement une qui semblait particulièrement amusé par la situation.

« Ce gamin vient de compléter une tâche qui t'a presque coûté la vie la dernière fois. Alors je ne rirais pas trop à ta place...»

Un léger sourire perla sur le visage de Luciel qui ressentait ce lien parental. Ce dernier lui donna sa part de gâteau qu'il n'avait jamais réellement droit avant de repartir dans son bureau, laissant un gamin joyeux, dégustant tranquillement ce morceau de bonheur. Il se sentait comme à noël même si ça ne voulait pas dire grand chose pour ce dernier. Rien au monde ne pouvait le rendre plus content qu'être la fierté de son père... Enfin, c'est ce qu'il croyais. Une sorte de monstre ailé noir,le signe de la guilde, fut apposé sur sa cheville. Il se sentait heureux et fier d'être enfin considéré parmi eux. Il les idolâtrait tous et maintenant il était égaux à tous, du moins selon lui, mais son père savait très bien qu'il était beaucoup plus important que ces individus.Il reconnaissait le potentiel de cette machine à tuer et allait l'utiliser jusqu'à ce qu'elle brise complètement.

« Tu es maintenant prêt pour la deuxième partie de ton entraînement.  »

Quoi, t'as plus envie de partir de ce rêve? Tu veux savoir la suite? Tu es difficile toi.




Chapitre quatre

«Plus rapide Luciel. Si tu veux un jour pouvoir utiliser ce pouvoir, tu devras me battre. Outre si tu as envie de mourir sans avoir jamais rien accompli dans ta vie et que j'aille honte que tu sois mon fils...»

Ils avaient commencé son entraînement sur des cadavres, pour pouvoir bien lui apprendre à ce que ces liens magiques  puisse être bien utilisé.  Ça lui prit deux mois avant de pouvoir créer un lien magique, six à apprendre à les manipuler et quatre autres pour contrôler les volontés des autres légèrement. Deux ans avait passé depuis sa première mission, son corps avait changé, il était beaucoup plus grand, presque autant que son père. Les deux étaient partis loin pour que ce vieil homme lui apprenne cette magie. Il n'est pas doux avec ce gamin. Il ne l'avait jamais été et ne le sera jamais. Il lui avait donner un ultimatum de deux mois pour réussir à le contrôler ou il le tuerait de ses propre main.

« Tu n'arriveras jamais à me vaincre en attaquant promptement. Penses à l'extérieur de la boite et n'oublie pas tes limites surtout... Demain, c'est ton dernier jour de vie, alors, comment le prends-tu?»

« J'y arriverai demain... Je vous le promet sur ma vie.»

Un sourire narquois se dessina sur le visage du vieux, se disant que c'était une promesse réaliste puisque c'était ce qu'ils s'étaient toujours entendus de faire, confirmant clairement tout cela. Luciel était prêt à mourir, mais sa volonté coriace de ne pas décevoir son père était plus forte que tout. Il devait... penser hors de la boite... hors de la boite, ne pas l'attaquer directement... son sommeil, dans son sommeil! La nuit tomber, le jeune se faufila discrètement dans la chambre de son paternel pour lui attaché les articulation magiquement à ses doigts. Ses mouvements rapides ne fit broncher son père qu'à la fin. Il le fit bouger telle une marionnette en souriant avant de regarder son père droit dans les yeux, probablement pour la première fois, ce qu'il ne semble pas vraiment avoir apprécié.

« Tu ne mourras donc pas. Tu as appris comment défier plus fort que toi, mais, vaincre, ça, c'est encore à parfaire. Particulièrement lorsqu'il est la personne qui t'apprend la magie...»

Un sourire amusé se dessina sur le visage du plus vieux alors qu'en un mouvement de son corps, il réussit à faire en sorte que son fils se détruise l'oeil gauche de ses propres doigts.

« Si tu trouves un autres marionnettiste, n'oublie pas que te liens peuvent être retenu contre toi.»

Le sang coulait alors qu'un léger gémissement se faisait entendre de sa part. Il avait mal et se sentait trahis.

« Quand tu seras rétabli, tu reviendras à la guilde, mais pour l'instant repose-toi un peu ici. Je te donne une semaine...»

Luciel hocha doucement la tête avant de se faire rapidement un bandage pour arrêter le saignement, étant soulagé d'entendre la porte de fermer, son martyre partant enfin. Il se demandait pourquoi il avait dû le blesser ainsi, comprenant peu après qu'il désirait probablement affirmer son autorité, ce qui l'avait pousser à le marquer à jamais pour qu'il se remette à sa place et ne cherche pas à aller conquérir un trône qu'il n'allait jamais pouvoir obtenir.

C'est ainsi qu'il dû mettre un cache-oeil, mais l'histoire derrière celui qu'il cache est encore plus loin.




Chapitre cinq

Une journée avait passé depuis cet incident et Luciel était seul avec lui-même, bûchant du bois pour se réchauffer, à chaque coup qu'il faisait n'avait que comme conséquence de lui procurer une énorme douleur à la blessure si jeune, le sang sortant de plus en plus malgré le bandage. Ça lui démangeait et lui faisait atrocement mal, mais il se devait de continuer... pour son père qui l'attendrait... surtout pour lui qu'il aimait plus que tout... Qui était sa raison de vivre. Il lui avait même laisser un morceau de gâteau comme la dernière fois. Il ne pouvait pas être malheureux et ce, même s'il devait voir d'un œil désormais. Ça lui permettra d'être un peu plus attentif à son environnement.

Parlant de cela, il se retourna vers la maison, sentant quelqu'un approcher. Il s'avança vers la présence tranquillement, sa hache fermement dans sa main, faisant le moins de bruit possible, jusqu'à être devant la présence et laisser la hache doucement contre son cou.

- Qui êtes-vous? Vous avez cinq secondes.

Ce jeune homme aux cheveux rouge horriblement long semblait complètement alerte et apeuré alors qu'il balbutiait des explications pittoresques.

- Je suis Camellia, je-.. je suis orphelin, je me demandais seulement si je pouvais me réfugier ici quelque temps... Il fait froid... Je-je vais partir... Oh, vous êtes blessés? Je peux vous aider si vous voulez....

Luciel le regardait d'une manière légèrement perturbée.

- Alors, quel étrange créature sans aucun instinct de survie es-tu pour proposer de l'aide à quelqu'un qui te menace avec un hache... Soit tu es terriblement intelligent et tactique, soit tu ne vivras pas longtemps tellement tu es idiot...  Mais j'opterais pour la deuxième option...

Il retira tranquillement sa hache de son cou et lui pointa un couteau contre le ventre.

- Tu tentes quoi que ce soit, je t'envoie en enfer, compris?

Le rouge hocha doucement la tête et sourit légèrement, entrant avant Luciel dans la demeure.

- V-vous devriez vous asseoir pour que je puisse vous guérir...

- Tu comptes faire quoi au juste pour m'aider?

Une aura bleutée se fit apercevoir et l'appliqua sur une plante clairement malade, laissant les feuilles redevenir un peu plus agréable à voir.

- Faites-moi confiance...

- Je n'ai confiance en personne, mais j'ai confiance en mes réflexes si tu fais quoi que ce soit de stupide...

Un sourire heureux se fit voir sur le visage du nouveau qui semblait en fait, un peu plus vieux que Luciel, ce dernier enlevant tranquillement le bandage plein de sang, puis le soigna à l'aide de sa magie.

- Je suis désolé, c'est le mieux que je puisse faire... Je ne peux malheureusement pas te redonner ton œil... il est trop endommager pour ça...

Luciel ne ressentait plus aucune douleur à cet endroit et le sentait plutôt solide. Il joua avec son trou doucement et sourit légèrement.

- Tu peux rester, mais reste toujours dans mon champs de vision.

Camellia sourit joyeusement en hochant la tête et le remerciant de sa bonté.

- Alors, quel est ton nom?

- On me surnomme Tenebris. Et c'est tout ce que tu devrais te contenter de connaître si tu veux sortir d'ici vivant.

Il hocha doucement la tête doucement, baissant les yeux.

- Puis-je savoir tout de même qui t'a fait ça?

Luciel se leva et partit vers la cuisine où il commença à préparer à dîner pour les deux. Une soupe avec les restes de ce printemps.

- Poser trop de questions ne te mènera qu'à ta perte. C'est un homme qui te tuera par un simple claquement de doigt si tu as le malheur de le rencontrer un jour.

Le rouge déglutit légèrement avant de s'approcher un peut de lui pour voir ce qu'il préparait.

- Et pourquoi il t'a fait ça?

Un long moment de silence passa avant qu'il ne réponde.

- Pour m'apprendre une leçon de vie.

- C'est un membre de ta famille?

- C'est prêt. Mange.

Ils mangèrent donc la nourriture qui n'était ni plus ni moins que mangeable. Camellia, pris d'un soudain coup de fatigue, s'endormit contre la table. Luciel profita de cet instant pour le fouiller, réalisant avec étonnement qu'il n'avait aucune arme à sa disposition. Il fut pris d'un rire étrange, le trouvant soit terriblement stratégique, soit complètement stupide. Pourtant, le fait qu'il l'ait soigné et qu'il aille eut peur lorsque le gamin aux cheveux blanc et à la peau un peu plus bronzé lui avait foutu une hache sous son cou. Il ne semblait pas mauvais, juste innocent et jovial, ce qui n'était pas très commun pour le jeune Tenebris. Il l'attacha contre la base du lit. Laissant tout de même un peu de corde de libre pour qu'il dorme confortablement, allant lui-même dormir, mais l'inconnu présent ne le fit dormir que d'un œil. (oui je me devais de faire cette blague)

Camellia se réveilla et soupira en se voyant attaché ainsi, se demandant sur quel genre de demeuré il était tombé. Il se leva et tenta de se détacher, mais la corde se semblait pas de cette envie. Il tenta donc d'attirer l'attention de ce jeune ''agresseur'' qui coupait encore du bois, le torse nu, dévoilant son dos musclé ainsi que ses longues ailes majestueuses. Ses bras bien développé  frappait l'arbre de manière presque qu'élégante... Le plus vieux en perdit un peu sa voix avant de la retrouver un peu plus tard, lui criant joyeusement qu'il était réveillé. L'autre soupira et alla donc le rejoindre. Le plus vieux ne put qu'admirer le torse tout aussi sympathique que le dos, supposant très bien que ses cuisses était probablement aussi appétissante. Il se fit donc détacher et le démon lui tendit une hache.

- Tu vas m'aider petite chose fragile et innocente.

Ils se dirigèrent donc vers l'arbre qu'il avait réussit à faire tomber ce matin et commencèrent à travailler.

- Alors, pourquoi tu continues de l'écouter aveuglément s'il semble te martyriser autant... ce n'est pas de petites cicatrices que tu as là, tu sais? Et moi qui me plaignait dans mon ancienne maison...

- C'est personnel et si tu continues à poser des questions tu risque de ne plus avoir de tête.

- D'accord d'accord, je voulais simplement faire la conversation... Je suis un elfe au fait. On les catégorise souvent de gentil, ce qui est mon cas. Je n'ai pas connu des gens de mon espèces maléfiques, la majorité semble aimer aider les autres et j'aimerais vraiment le faire avec toi, car tu ne sembles pas mauvais au fond... Je peux le sentir tu sais? Cette crainte constante, cette déception, mais cette ardeur, mais ce que je sais aussi c'est qu'elles sont attribuées à la mauvaise personne...

- Dis-moi, monsieur je sais tout sur les autres mais je n'arrive pas à me trouver un endroit où vivre, pourquoi, si les elfes semblent si gentils, tu as quitté ton nid douillet?

Un petit silence se fit entende avant un sourire revint sur le visage blanc du plus vieux qui avait été coupé par la surprise.

- Parce que mon nid douillet est entouré de créatures affreuses de sanguinaire. On se servait de moi comme poche de sang pour mes soit disant frères vampires, de sac de sables pour mes frères vampires et de... nutrition pour mes frère et sœurs incubes... J'ai compris que l'on se servait trop de moi et tout ça parce que mes parents sont morts et que ceux qui ont hériter de moi m'ont toujours détester... Alors c'est pour ça que j'ai quitté mon nid douillet avant d'y perdre ma vie aux profit  des autres qui ne me respectent aucunement...

Ce gamin ne s'attendait pas réellement à cette réponse, mais n'en avait pas réellement pitié. Non, il n'arrivait plus à ressentir comme tout le monde.

- … Je le suis parce qu'il sait ce qui est bon pour moi... Je veux le rendre fier et... faire quelque chose d'important dans ma vie.

Camellia fut agréablement surpris et ravi d'entendre ce gamin parler de ça. Il avait réellement envie de l'aider à ouvrir peu à peu son cœur aux autres.


***


La semaine de congé c'était terminé et il était de retour à la guilde, non pas sans quelque chose de nouveau. Il avait un joli cache-œil qui lui avait été donné par cet elfe qui n'avait sans doute pas envie de laisser le pauvre démon prisonnier seul ainsi que tout pleins de sentiments nouveau comme la confiance, le bonheur, l'amour... Ce que son père semblait caractérisé comme de l'impudence, de la stupidité et de la trahison.

- Tu as trouvé ce cache-oeil où?

- Je l'ai volé au village non loin, père. Cela vous importune?

- Non. Tiens, une nouvelle mission pour toi. Un petit groupes de démons à exécuter... La prime est grosse. On veut la mère en vie et le petit dernier aussi. Le petit ne doit pas voir ton visage et la mère te donneras le montant.

Luciel s'empêcha de sourire en voyant qui était cette famille. Et bien qu'il avait envie de tuer la mère aussi, il se contenta d'agir en conséquence, manipulant le père à tuer tout ses enfants et se tuant pas la suite, ce fût extrêmement difficile de le contrôler, mais il y arriva de justesse. Il rencontra la mère et pris l'argent avant de se diriger vers la petite maison à une centaine de mètre de là pour y prendre un bol de soupe avec le rouge.

- J'ai tué ta famille, sauf ta mère et le dernier... je préférais que ce soit moi qui le fasse qu'une autre personne bien que l'on m'a donné le contrat...

Le grand bavard semblait un peu plus silencieux maintenant, dans la lune.

- Je te mentirais si je te disais que ça ne me fais rien, mais je suis content que ce soit toi qui l'aie fait.

- Pourquoi... Tu sembles si triste s'ils t'ont fait tant de mal.

- Pour la même raison que tu ne tuerais pas ton père même si tu en avais la force... Tu veux bien... me faire un câlin?

Luciel, perturbé, s'approcha de lui et alors qu'il ouvrit légèrement les bras Camellia se précipita contre lui. Ceci dégagea une certaine chaleur dans le cœur du plus jeune qu'il n'avait jamais ressentis avant. Il se croyais malade, mais en réalité, ceci n'était que de l'amour...




Chapitre six

Deux ans s'étaient écoulés depuis et leur relation n'avait que du bonheur bien qu'elle était secrète. Ils se voyaient quelques temps durant les missions qui prenait un peu plus de temps, donnant à son père qu'il devait suivre les horaires des gardes avant de s'avancer pour tuer que les bonnes personne et ne pas se faire repérer, ce qui, réellement ne lui prenait qu'une ou deux journées au lieu de quatre jours. Pourtant, le chef qui devenait vieux n'était tout de même pas dupe. Il demanda à certains hommes de le suivre et il put les semer durant deux ans, mais un jour où la fatigue avait pris le coup, il n'avait pas été assez prudent et les hommes avaient tout rapporter à son père.

Lorsqu'il revint de sa mission, il ne fut que surpris et outré de voir l'elfe à côté du vieil homme. Comprenant rapidement la situation, il posa l'argent sur la table et resta debout.

- Ne lui faites rien, je vous en pris. Je ferai ce que vous voudrez.

- Ça, vois-tu, c'est ce que tu étais supposé faire dès le départ, mais tu as ruiner ton entraînement. L'entraînement que je t'ai donner pour te rendre plus fort, pour que tu puisses accomplir de grandes choses... En miette et tout ça à cause de lui... Et si en le rendait un peu plus humain en lui coupant une partie de ses oreilles? Ou peut-être que lui arracher sa langue serait plus efficace.

- Ça suffit! Père, relâcher le et faites-moi subir les pires souffrances, mais pas lui.

L'homme au cœur de glace rigola sarcastiquement, laissant franchement comprendre que les paroles de son fils était complètement stupide.

- C'est justement pour ça que c'est à lui que je ferai subir tout ça avant de le tuer. Pour que tu vives avec tes erreurs. La pénible erreur d'avoir ouvert ton cœur à quelqu'un... Tu souffriras encore plus que si je te les affligeais à toi, non? Regarde le bien souffrir par ta faute.

Luciel tremblait de tout son corps par la frustration de cet événement. Il n'arrivait pas à le croire et pourtant... Cet homme au regard pleins d'amour, pleurant probablement parce qu'il n'avait pas envie de voir la souffrance dans les yeux du plus jeune,  il ne méritait pas ça. Non... Il ne pouvait pas mourir comme ça. NON!

D'un mouvement rapide, il termina devant son géniteur alors qu'une longue bataille commença. Les coups reçus et le sang versé étaient majoritairement sur Luciel, mais il ne baissait pas les bras, ne lui laissant pas toucher ses articulations ou du moins, cela pris deux bonnes heures avant d'en arriver à ce point. Le corps ensanglanté, essoufflé, le père lui fit prendre un couteau qu'il dû  brandir sur l'homme qu'il aimait plus que son propre père.

- Tue-le mon fils. Et ensuite tu le rejoindras. Ne t'inquiète pas je te guiderai.

- Tu as oublié une seule chose... Papa... Je suis aussi marionnettiste.

À l'aide du même mouvement qu'il avait appris lorsqu'il avait perdu son œil, il lui fit se planter les doigts dans les yeux, les explosant carrément à l'aide de la surprise, ce qui coupa les lien tout de suite après. Il profita de ce moment de surprise pour mettre fin à ses jour à l'aide du couteau avant de s'enfuir rapidement avec Camellia qui lui soigna ses blessures et lui donna un petit baisé sur le front.

- Merci de m'avoir sauver et je suis désolé pour...ton père...

- On ne devrait plus se voir …. Pas pour le moment... c'est... trop dangereux...

- Oui mais ensemble on peut être sûr que-...

- Non, ils vont peut-être me traquer, je sais pas... je ne veux pas prendre ce risque. Je... t'enverrai une lettre... lorsque ce sera certain... Mais ne m'attend pas... Trouve ton bonheur, ton vrai bonheur...

Les larmes ne pouvaient simplement pas s'arrêter, ce dernier l'embrassant une dernière fois.

- Je ne pourrai jamais aimer quelqu'un comme je t'aime Luciel...

Ainsi ils se séparèrent, allant chacun de leur côté, laissant les années passées, la poussière tombée. Luciel toujours connu sous le surnom de Tenebris, passait ses journées à aire des missions, parler à des monstres et caresser son chat qu'il aimait tant, puis, un jour, il se fit un ami, puis un autre qui lui demanda de rejoindre leur guilde... Il compris à ce moment que c'était le bon moment. Il lui envoya une lettre dans le mince espoir qu'il puisse un jour revenir à lui.


Bordel, toi, tu ronfles quand tu dors! Tu as rêver à quoi pour avoir dormir aussi longtemps? Allez! Fiche le camp!

Derrière l'écran

Pseudo: Abel
Age: 18 ans
Comment avez vous trouvé le forum?: top site
Comment le trouvez vous ?: super! Le contexte est super cool!
Des suggestions?: J'en ai quelques unes comme créer un sujet pour les prédéfinis, un bottin des avatar, une zone invitée, que les invités puisse être apte à faire une demande de partenariat (ce qui je crois n'est pas encore le cas)
Vos mangas/anime favoris: Kuroshitsuji, Pandora hearts, Owari no seraph, ten count, actini-... je n'ai rien écrit!

Je confirme avoir lu et compris le règlement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membre de Golden Horn


Messages : 9
Date d'inscription : 27/11/2016



MessageSujet: Re: Between the roses - Luciel Lloyld [terminé]   Ven 13 Jan - 18:14

Bienvenue sur le forum !

Superbe présentation, je te valide Very Happy

Pour les prédéfinis et le bottin d'avatar ce sont de bonnes idées. Pour les demandes de partenariats ça vient je n'ai jute pas trop eu le temps de faire tout ça ^^

En tout cas amuse toi bien sur le forum! Si jamais tu veux commencer un rp, je suis disponible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytail-next.forumactif.com
 
Between the roses - Luciel Lloyld [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Roses De Versailles
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Le parfum des roses d'hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Another World :: Acceuil :: Gestion du roleplay :: Présentations :: Fiches en cours-
Sauter vers: